lundi 2 février 2015

Le feu.


Mania.

Ce surnom que je me suis donnée, toute seule comme une grande il y a plus de dix ans. Ce mot choisi au départ à cause d'un jeu de mots. Cette part de moi, ce mot grec qui signifie "folie". Mais pas le grain de folie fun non, la vraie folie.

Je n'aurais jamais imaginé trouver une image me représentant mieux, et pourtant, en quelques mots me voilà décrite.

Ce feu en moi, tous les jours. Ce sentiment qui me brûle littéralement la peau, le cœur, les poumons. Ça fait mal, et en même temps, quelle douceur... Je l'aime, ce feu. Je m'en approche, je le laisse me toucher, je le laisse me dévorer même. Il s'empare de moi, me manipule, me fait sortir de mon corps.

Et mes yeux sont des flammes, et je sens cette vague monter en moi. Vous la connaissez, cette vague, quand on est en colère ou jaloux, qui d'un coup part du ventre et remonte jusque dans la gorge...

Tout devient électrique, même mon cuir chevelu se met à fourmiller. Ma peau semble trop petite pour me contenir, et le flux se déplace des pieds à la tête, en continu. Mon cœur cogne dans ma poitrine, parfois je bloque ma respiration pour essayer de ralentir son rythme, en vain.

Puis, d'un coup, tout se calme, le feu se fatigue un peu et redevient braises. La bête se rendort un temps, et ma vie continue.

Comme si de rien n'était. Personne n'a rien vu. Je n'ai rien dit, rien laissé paraître.



Jusqu'au prochain incendie.


Harmony

Le coin des bibiches :

Enregistrer un commentaire