vendredi 10 février 2017

Arrêt de la pilule : où j'en suis 3 ans et demi plus tard !

Coucou mes petites biches,

Je vous retrouve aujourd’hui pour faire - enfin - mon bilan post-pilule après plus de trois ans et demi d’arrêt ! 

(Si vous préférez le format vidéo, le lien est un peu plus bas dans l'article !)


Avant de commencer je vais faire un petit résumé de ma situation “pilule” pour les éventuelles nouvelles petites biches qui arriveraient ici grâce à cet article : j’ai bientôt 27 ans et j’ai arrêté la pilule fin juin 2013 après plus de 9 ans avec ce contraceptif. J’ai déjà fait un article sur les effets de l’arrêt de la pilule après 9 mois, et une vidéo après un peu plus d’un an d’arrêt. Je vous invite à aller les voir si vous le souhaitez, car j'y parle de sujets que je n'aborde pas spécialement ici !

Il faut savoir que j’ai d’abord changé de pilule avant d’arrêter totalement. J’étais sous Diane 35 mais suite aux soucis qu’elle a causés et son retrait du marché, j’étais passée à la Cérazette qui m’a causé de gros soucis de boutons dans le dos (ou du moins, qui les a "révélés"). À l’époque, j’ai été choquée d’apprendre que la Diane 35 était en fait un médicament anti-acnéique qui avait comme effet secondaire d’être contraceptif. Alors, certes, j’avais commencé la pilule en premier lieu pour combattre mon acné juvénile, mais je pensais que c'était le contraceptif qui avait pour effet secondaire d’éliminer les boutons, pas l’inverse ! 

Je ne me retrouvais plus dans ce moyen de contraception et je commençais à vouloir éliminer le plus possibles de “crasses” de mon corps, c’est donc à ce moment-là que j’ai décidé d’arrêter la pilule. Je ne prends aucune autre forme de contraceptif depuis lors, mais j’aimerais souligner que je ne recommande pas particulièrement la non-contraception ! À l’époque, certes, le Crollé et moi sortions à peine de l’université, mais nous étions déjà disposés à accueillir un enfant si je tombais enceinte. Nous sommes un couple stable et l’éventualité d’une grossesse n’est pas et n'a jamais été un souci pour nous. Si ce n’est pas votre cas, je vous invite fortement à utiliser une contraception, quelle qu’elle soit. J’ai présenté les autres options dans ma première vidéo (juste ici), je ne vais donc pas en reparler ici, mais s’il vous plaît, n’oubliez pas de vous protéger !


Petit disclaimer, dans cet article je parle de choses qui tournent autour de la pilule et de son arrêt, c’est-à-dire, par exemple, de règles et de sang, donc si ce genre de choses vous met mal à l’aise, vous dégoûte, ou ne vous intéresse pas, je vous donne rendez-vous dans le prochain article et vous fais des bisous ! 😃

Source : Pinterest


Justement, commençons par les règles : 

Je peux diviser ma vie de femme en trois périodes : 

  • avant la prise de la pilule (de 11 à 14 ans)
  • pendant la prise de la pilule (de 14 à 23 ans)
  • après l’arrêt de la pilule (de 23 ans à maintenant)

Au cours du temps et selon que je prenne la pilule ou pas, mon cycle et tous ses désagréments n’ont pas été les mêmes. Avant la prise, mes règles étaient quasiment hémorragiques, longues, et très douloureuses. Les premiers jours, je restais couchée de douleur et je devais me shooter aux médicaments pour apaiser les migraines et les crampes. J’ai - en partie - pris la pilule pour apaiser ces maux qui me pourrissaient la vie plusieurs jours par mois, et malheureusement ils n’ont été que très faiblement atténués avec la pilule ! Toujours autant de migraine le premier jour et concrètement, des maux de ventre si forts que j’étais souvent scotchée au canapé en train de geindre en attendant que ça passe. À présent, je ne vais pas vous mentir, je suis toujours dérangée le premier jour, j’ai souvent une sensation de lendemain de veille, un peu vaseuse, le ventre retourné, mais je ne suis plus clouée au lit comme avant, disons que c'est devenu un jour comme un autre, où je suis simplement un peu plus patraque ! Quant à la durée de mes règles, je suis passée d’une grosse semaine avant la pilule, à 4-6 jours pendant, à 4 ou 5 jours maintenant, avec 2-3 jours de “vraies” règles et 2 jours de règles très légères.

Je suis également devenue hyper régulière. C’est-à-dire que si je dois avoir mes règles un lundi, elles arrivent ce jour-là, le matin au réveil. Réglée comme une horloge suisse ! Contrairement à ce qui arrive à de nombreuses femmes, j’étais moins régulière pendant la prise de la pilule que depuis l’arrêt. Les seuls moments où mes cycles sont un peu perturbés c’est quand je vis un moment de stress, comme le déménagement par exemple.

J’utilise l’application Woman Log pour suivre mon cycle et savoir quand mes règles vont arriver (ceci n’est pas un partenariat ni un article sponsorisé !) mais même sans elle je pense que je saurais quand elles arrivent, tant je suis devenue plus consciente de mon corps. C’est sûrement psychologique, mais avant je comptais sur la pilule pour “programmer” le moment où j’avais ou pas mes règles. À présent je sens mon corps travailler les quelques jours précédant le jour J, et j’ai même l’impression de sentir quand j’ovule. J’ai appris il n’y a pas si longtemps que ce n’était pas rare pour une femme de “sentir” ça, mais jusqu’il y a peu je ne m’étais jamais posée la question.


Ce qui m’amène au point suivant qui est : l’humeur, ou plutôt les humeurs.

Depuis l’arrêt, je suis beaucoup plus sensible, que ce soit au niveau physique que mental. Je souffre - comme beaucoup de femmes - du syndrome prémenstruel : poitrine gonflée et douloureuse, plus d’appétit et ce genre de réjouissances. Mais je suis surtout plus à fleur de peau : je ressens plus les changements d’humeur au cours du mois, mais sans pour autant être totalement déprimée avant les règles et extatique après.

Ça me semblait intéressant de vous en parler, car un des possibles effets secondaires de la pilule est la déprime et c’est vrai que de manière générale je me sens mieux dans ma tête et dans mon corps depuis l’arrêt

Autre effet secondaire que j’ai pu remarquer après coup, l’effet de la pilule sur la libido. On en parle jamais ou presque, car la sexualité féminine reste très tabou, mais sachez que votre pilule peut littéralement détruire votre libido. Personnellement j’ai commencé la pilule avant d’avoir une activité sexuelle donc je n’avais jamais connu “que ça” mais, environ un an après l’arrêt, j’ai constaté une différence, et c’est après coup que je me suis dit qu’il y avait peut-être un lien. 

Je trouve ça triste qu’on n’en parle pas et que certaines femmes puissent passer leur vie sans être bien à ce niveau-là sans même savoir que la pilule peut être la cause de ce mal-être. J’ai d’ailleurs eu plusieurs commentaires sous ma première vidéo me parlant de ce souci de libido, donc comme pour la déprime, si vous ne vous sentez pas bien à ce niveau-là, sachez que ça peut venir de la pilule et que c’est une piste à explorer !


Enfin, j’en viens au sujet qui, je pense, vous intéresse le plus : l’acné.

Suite à l’arrêt, j’ai eu énormément de boutons quasiment tout de suite, principalement localisés sur les joues, le menton, et la mâchoire, et j’ai également eu une période où tout mon front était rempli de petits boutons “granuleux”.


Pendant environ 9 à 10 mois, j'ai eu une acné assez présente et douloureuse, et ensuite ça a commencé à s’estomper jusqu’à arriver, environ un an après l'arrêt, à ce que j’ai maintenant : une peau à l’apparence normale, avec des poussées d’acné régulières mais pas trop envahissantes. C’est-à-dire que je me réveille souvent avec un nouveau bouton, mais je me suis rendue compte au fur et à mesure du temps que ces boutons apparaissaient systématiquement quand je mangeais mal. Je pense être passée à l’époque par une véritable période de “purge” où tous mes boutons sont sortis en masse, mais mon acné de maintenant est différente de celle-là. 

Sur la vidéo ci-dessous, vous pourrez voir mon visage sans aucun maquillage pour vous montrer que non, malheureusement, je n’ai pas une peau parfaite ! Je reçois beaucoup de messages et de mails me demandant comment j’ai retrouvé une si jolie peau et - même si ça va beaucoup mieux, j’ai tout de même des imperfections ! Si vous lisez cet article dans l’espoir que je vous donne le nom d’une crème ou d’un produit miracle pour éliminer l’acné dont j’ai souffert, désolée, je n’en ai pas ! 




Par contre, pour conclure, je peux tout de même vous donner quelques conseils :

  1. Évitez un maximum d'étouffer votre peau 

    A l'arrêt de la pilule, je suis partie en guerre contre les silicones car je les croyais responsables de mon acné. Pendant longtemps, j'ai donc banni cet ingrédient (ainsi que le max de crasses possibles) de mes soins visages et de mes fonds de teint. Avec le temps, je me suis rendue compte que l'utilisation de produits siliconés ne me causait pas de boutons, mais je vous conseille tout de même de laisser respirer un maximum votre peau, surtout si vous êtes dans cette fameuse période de purge !

  2. Ne décapez pas votre peau
    Je sais, c'est hyper tentant de vouloir assécher ses boutons avec du dentifrice, de l'huile essentielle de tea tree, des lotions astringentes et des nettoyants purifiants, mais croyez-moi, ça ne va pas faire du bien à votre peau ! Si vous éliminez le sébum, qui est la "couche protectrice" du corps, vous ne risquez qu'une chose : avoir le visage encore plus gras ! Votre peau va se sentir agressée et surproduire du sébum pour se défendre, donc alerte mauvaise idée !  À la place, nettoyez votre visage avec des produits doux, et surtout n'oubliez pas de bien l'hydrater et la nourrir ! Si vous le souhaitez, je vous montrerai dans un prochain article ma routine soins du moment, elle est majoritairement composée de produits naturels et pourrait donc vous intéresser !

  3. Mangez le plus sainement possible
    Manger trop gras, trop sucré, trop salé peut avoir des répercussions sur votre peau ! Certaines personnes ont la chance de pouvoir manger tout ce qu'elle veulent sans jamais avoir un seul bouton, mais ce n'est pas mon cas, donc essayez de voir si vos poussées de boutons n'arrivent pas après des repas "junk food" et si oui, limitez votre consommation de frites, pizzas, pâte à tartiner et soda pendant une semaine (même deux, encore mieux !) et vous devriez voir une amélioration !

  4. Laissez le temps au temps
    Depuis l'arrêt de la pilule, si l'aspect de ma peau s'est amélioré, c'est parce que le temps a passé ! Si vous avez pris la pilule pendant plusieurs années, ça veut dire que, pendant tout ce temps, vous avez ingéré des hormones artificielles et que votre corps était habitué à avoir cette dose d'hormones tous les jours, 21 jours par mois ! De ce fait, votre corps doit se déshabituer, et se réhabituer à vivre sans ça. Vous allez certainement passer par une phase de désagréments pour commencer, mais ça s'arrange avec le temps, promis ! 


***


J'espère que cet article aura pu vous être utile et aura pu répondre à certaines de vos questions ! 

Si malgré tout vous avez encore des interrogations sur le sujet, laissez-moi un commentaire ci-dessous, j'y répondrai certainement dans une FAQ sur ma chaîne !

Des bisous, et courage si vous êtes dans une période "post-pilule" pas cool : ça va aller mieux, je suis avec vous !
Harmony


Le coin des bibiches :

  1. Coucou, moi aussi j'ai arrêté la pilule il y a trois ans et je me sens cent fois mieux sans cette saloperie. J'ai de l'acné moi aussi mais dû à ce que je mange... Pourtant je fais attention mais parfois on se lâche. Bref, je gère tout sans problème, la pilule je n'en veux plus. J'ai 30 ans et j'ai arrêté la pilule à 27 ans.

    RépondreSupprimer
  2. Merci d'avoir partagé ton expérience. J'y pense depuis quelques temps déjà pour les mêmes raisons que toi. Mais c'est vrai qu'ayant une peau à tendance acnéique, cet aspect là me freine. Je ne suis pas prête à revivre ça.

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cet article détaillé ! C'est utile quand on ne sait pas ce que c'est la vie sans pilule et qu'on a peur d'arrêter ... Pour ma part j'ai pris la pilule pendant 3 mois de ma vie seulement, et j'ai aussi ressenti les effets que tu décris. Sûrement parce que je l'ai prise tard, l'effet avant/après était flagrant : c'était comme une deuxième puberté, et personne ne veut revivre sa puberté (je crois), voir son corps changer et ses humeurs modifiées. Pour la libido aussi, je crois que 3 mois sont suffisants pour remarquer la différence...
    Bref, j'ai un stérilet au cuivre et ça va mieux !

    RépondreSupprimer